"On a trop de vaccins ? Eh bien on annule les commandes (...) et on revendra ceux qu'on a en trop, mais il n'y a pas un seul Français qui pourra dire à un ministre de la Santé, +je voulais être vacciné, je n'ai pas pu être vacciné+", a insisté le président.

Eh oh, heu... si moi ! J'ai reçu mon bon de vaccination après la fin de l'épidémie. Du coup même si je voulais être vacciné, je ne pouvais pas. Et je ne pense pas être le dernier en France a avoir reçu le bon.