Quand j'étais plus jeune je faisais beaucoup de sport, et beaucoup d'activités de manière générale (merci maman, il faut le dire, tout le monde n'a pas cette chance). Durant plusieurs années, j'ai eu une activité par jour sauf le dimanche, dans le désordre : tennis, judo, natation, piano, accordéon, cyclisme. J'ai l'impression d'en oublier un, mais je sais plus quoi. J'ai surtout pratiqué du tennis en fait, 11 ans. Je peux vous dire qu'à cette époque, j'étais très, mais alors très en forme. Car en plus de ces sports en club (et activités) j'en faisais également par moi-même : des heures et des heures par semaine de hockey sur rollers, VTT, etc.

Lors des rencontres inter-écoles/collèges, pour des cross, quelque soit le nombre de participants, ma plus mauvaise place a été 7ième (sorti d'une grippe et évanouï dans l'herbe au milieu de la course). J'ai toujours été très fier de mon endurance, en famille ou entre amis, c'est toujours super d'être le dernier fatigué.

Seulement voilà, l'informatique est arrivée. À 10/11 ans, on m'a mis un Amstrad dans les mains, et la première chose que j'en ai fait, c'est de programmer dessus. Bien que Windows était un peu partout depuis longtemps, ma vieille relique bi-colore à la maison était bien plus intéressante. Et là toutes mes activités ont commencé à se stopper.. Restent encore en vie : piano (synthé, en fait) et tennis. Mais au fur et à mesure que l'informatique prennait de la place, le piano déclinait. Je faisais des concours de piano, et ça exigeait 1 à 3h d'entrainnement par jour, beaucoup trop depuis que l'informatique est arrivée. Le tennis a continué lui, ça me défoulait bien, et j'avais un niveau sympa. Ce qui a tué le tennis, c'est Linux.

Au début de mes 13 ans, j'ai découvert Linux. Et là ça s'est emballé, j'ai passé le plus clair de mon temps sur l'ordinateur à découvrir ce qu'était l'informatique.. Sous Windows c'était impossible, on ne peut décemment rien apprendre de concret sous ce système boîte-noire.

Le résultat est assez net : un légume. Et je sens que quelques lecteurs de ce blog vont se reconnaître.

Depuis juin j'ai donc décidé de reprendre un sport, mais pas en club, quelque chose que je puisse faire quand je veux, seul ou à plusieurs. Ainsi j'ai repris le vélo : achat de protections (genouillères, coudières, pantalon, chassures, casque intégral, gants) et de nouveaux pneus. Je voulais me lancer dans une pratique plus engagée qu'avant. Mon tout-suspendu est vieux, mais encore en parfait état pour réaliser de belles choses.

Je tente une cadence d'une sortie tous les trois jours. Résultat : je code bien plus vite, je me lève plus facilement le matin, je gère tout mieux dans mon entreprise, déplacer mon corps n'est plus jamais une corvée, je peux enfin recommencer à courir sur 50m sans augmenter mon rythme cardiaque comme un vieux de 80 ans.

La morale que j'en retient, et que beaucoup j'en suis sûr devraient retenir également, c'est que ce n'est pas parce que l'informatique ou le travail de bureau ne demandent pas beaucoup d'énergie physique, qu'il ne faut pas exercer son corps à faire beaucoup d'efforts. Au lieu de se gaver de vitamines quelconques, de produits en tous genres aux noms étranges, arrêtons tout, et bougeons nous.